Définition: Système de classification

Couverture et utilisation des sols

Les systèmes de classification sont des outils qui décrivent certains aspects du monde réel. Les catégories sélectionnées n’en représentent pas une division unidimensionnelle, mais multidimensionnelle. La partition du monde réel met en exergue des aspects spécifiques de la réalité : une même réalité peut être reflétée dans plusieurs classifications (DUPRAT 1972).

En règle générale, les systèmes de classification se présentent sous la forme d’une arborescence, c’est-à-dire d’une hiérarchie. Un système hiérarchique organise les objets en série de groupes auxquels sont attribués différents niveaux de rang. Les groupes d’objets sont définis par l’attribution de caractéristiques communes aux membres d’un groupe, qui les distinguent des autres. Chaque division signifie que des caractéristiques "objectives" sont prises en compte et implique un choix conscient. Certains utilisateurs peuvent souhaiter scinder leur domaine d’intérêt à un niveau donné, selon des critères différents. Il en résulte de sérieuses difficultés lors des comparaisons : une classe considérée comme unique dans un système de classification peut correspondre à deux catégories ou plus dans un autre système reposant sur des principes distincts. Impossible, par exemple, de concilier avec exactitude une classification d’arbres qui distingue les subdivisions à larges feuilles et à feuilles aciculaires, et une classification qui n’identifie que les espèces à feuilles caduques et à feuilles persistantes (WYATT 1997).

Il convient également de noter qu’une catégorie de classification peut être homogène par rapport à une caractéristique (classe monothétique), ou deux, ou… aucune (suivant le concept des classes polythétiques proposé par les biologistes). Si l’agrégation dépasse un certain seuil, les catégories ne renvoient plus un reflet exact des entités significatives : c’est le cas d’un agrégat qui mélangerait, par exemple, des superficies agricoles et urbanisées au sein d’un système de classification.

Un système de classification repose donc sur une structure et un classement associés à un système de valeurs, qui révèle une intention. La finalité de la classification détermine nécessairement sa structure et son contenu. C’est la raison pour laquelle chaque utilisateur établit en général sa propre classification, adaptée à ses besoins spécifiques : or, l’élaboration spontanée de classifications conduit inévitablement à des incompatibilités.

Un système de classification devrait procéder d’un dialogue permanent entre :

- une approche systématique imposant une structure de l’information selon des principes logiques (exhaustivité, absence de chevauchement, définitions univoques des classes, règles régissant la représentation des objets dans la classification) ;
- une approche pragmatique prenant en compte les besoins de l’utilisateur et les informations existantes ;
- une approche contextuelle intégrant les contraintes propres au domaine d’étude. Dans le cadre de l’occupation et de l’utilisation des sols, certaines contraintes sont inhérentes à la dimension géographique de l’information.

Quelques propriétés des systèmes de classification

- Cohérence spatiale;
- Cohérence temporelle;
- Compatibilité avec les systèmes de classification existants;
- Indépendance vis-à-vis des outils de collecte et de traitement des données;
- Exhaustivité;
- Absence de chevauchement;
- Règles d’identification;
- Règles d’appellation;
- Index;
- Principes de codification;
- Règles d’inclusion de nouveaux objets;
- Agrégats;
- Hétérogénéité des champs sémantiques.

Il est nécessaire d’identifier les fonctions indispensables à un "système de classification" pour satisfaire les exigences des scientifiques et des utilisateurs. Trois fonctions principales sont proposées (tirées en majorité de SUTCLIFFE 1993) :

Classification = Affectation de tous les objets dans une hiérarchie de catégories imbriquées, organisées de façon à montrer leurs interrelations.
Nomenclature = Désignation et description des groupes d’objets. Le résultat est une liste de noms et de descriptions mises en corrélation et présentées en général d’après la structure de la classification établie.
Identification = Affectation d’un individu à un groupe préalablement classifié et nommé. En d’autres termes, utilisation de la base de classification établie pour déterminer l’appartenance de chaque objet.

Il est recommandé d’appliquer le concept de système de classification englobant :

- la délimitation d’un univers de discours (U), en l’occurrence le domaine de l’occupation et de l’utilisation des sols (DOMAINE) ;
- l’établissement d’une classification de tous les objets appartenant à l’univers de discours (U), c’est-à-dire l’organisation des sous-classes de U selon une hiérarchie de catégories imbriquées, organisées de façon à montrer leurs interrelations (CLASSIFICATION) ;
- un système de désignation et de description des groupes associés à la structure de classification établie (NOMENCLATURE) ;
- des procédures d’affectation d’un objet à un et un seul groupe préalablement classifié et nommé (IDENTIFICATION).
Source:
Eurostat, "Manuel des concepts relatifs aux systèmes d'information sur l'occupation et l'utilisation des sols (Édition 2000)", Office des publications officielles des Communautés européennes, Luxembourg, 2001
Créé:
Mis à jour:

Search box

Recherche